Les secteurs du sport et du bien-être se sont largement développés au cours de la dernière décennie. Focus sur quatre métiers pourvoyeurs d’emplois, qu’ils soient saisonniers ou à l’année.

Spa praticien, un métier pour demain 

Dans une société où les loisirs et le bien-être sont devenus une préoccupation grandissante, le marché des Spas ne cesse de croître. Selon le dernier rapport publié par Atout France, les spas, les instituts de beauté, les centres de soins corporels, de thalassothérapie et de thermalisme réalisent un chiffre d’affaires annuel de 2,5 milliards d’euros et l’on dénombre plus de 90 000 Spas en France. Réservés au départ aux hôtels de luxe, de plus en plus d’hôtels   3* de toute la France proposent aujourd’hui un spa. La France se place à la 7ème place au niveau mondial et à la 2ème place au niveau européen sur le marché du bien-être. Mais cet essor est insuffisamment accompagné par le nombre de praticiens formés chaque année. « Si demain nous avons trente personnes qui se présentent, nous sommes sûrs de les employer », déclare Noémie Castillo, directrice générale d’Idwane. Alors, si le secteur du bien-être vous intéresse, n’hésitez pas à postuler !

Dans le mille avec les moniteurs de tir à l’arc 

Le métier de moniteur de tir à l’arc a le vent en poupe. Que ce soit dans les clubs sportifs, les bases de loisirs, les stations de montagne ou encore en milieu scolaire, la demande pour cette discipline est toujours aussi forte. Pourtant, les offres d’emploi restent trop souvent lettre morte faute de candidats. Depuis 2008, il est possible de devenir animateur tir à l’arc par le biais d’un CQP. 1 391 CQP tir à l’arc ont été délivrés ces dix dernières années, mais la tendance est à la baisse avec seulement 92 CQP tir à l’arc validés en 2017. Quatre régions se détachent pour le nombre de formés annuellement : Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est. Un indicateur des zones géographiques d’emplois. « Cette formation est accessible à tous très facilement » souligne Noémie Castillo qui veut casser l’idée que cette discipline est réservée à des compétiteurs de haut niveau.

Tout schuss vers le métier de moniteurs de ski 

Les moniteurs de ski sont des acteurs incontournables du tourisme de sports d’hiver, activité économique vitale pour la montagne française.Chaque année, près de 19 000 moniteurs de ski travaillent dans l’une des 350 stations de sports d’hiver françaises. La France est la première destination mondiale du ski avec chaque année plus de 7 millions de skieurs dont 2 millions de touristes étrangers. Le tourisme de sports d’hiver représente 7 % du chiffre d’affaires du tourisme national. Et contrairement aux idées reçues, les écoles de ski manquent de moniteurs. Que vous soyez diplômés ou en cours de formation, de réelles opportunités d’emplois existent. 90% des emplois se situent dans les différentes ESF et les 10% restants dans les écoles privées (comme l’école Oxygène) ou les ESI qui se sont largement développées ces dernières années. La profession de moniteurs de ski est l’une des professions libérales qui compte le plus de jeunes, 35,8 % des moniteurs de ski ont moins de 35 ans. Pour accéder à la formation, il faut posséder un solide niveau technique mais des préparations existent pour accéder à ce niveau. Chaque année, ce sont environ 350 nouveaux moniteurs qui sont formés. Pourquoi pas vous ?

Maître nageur : plongez dans l’aventure 

Il y a près de 22 000 maîtres nageurs sauveteurs (MNS) en France aujourd’hui. Il a été délivré près de 17 000 certificats d’aptitude à l’exercice de la profession de maître nageur sauveteur (CAEPMNS) de 2011 à 2016. Mais d’après le Syndicat National Professionnel des Maîtres-Nageurs Sauveteurs, il manquerait plus de 5 000 maîtres nageurs en France. Selon l’agence sanitaire Santé publique France, les noyades ont bondi de 858 à 1.758 entre 2015 et 2018. Face à cette situation, seulement 600 diplômés sortent chaque année des cursus de formation. Cette position est alarmante sur bien des points, que ce soit pour la surveillance et la sécurité ou encore l’apprentissage de la nage, inscrit comme une priorité à l’école. Mais les besoins en emploi des maîtres nageurs ne se situent pas exclusivement dans les écoles et les piscines municipales. Le secteur du tourisme et des loisirs est très fortement demandeur, que ce soient dans les stations de sports d’hiver, les plages, les Spas, les hôtels et campings ou les salles de remise en forme, le MNS est très recherché. Les seules formations menant à ce métier sont les BPJEPS AAN et depuis peu un DEUST à l’Université Claude Bernard Lyon 1. La compétence très recherchée cette année concerne les cours d’aquagym ou aquafitness. De nombreuses structures limitent ces cours ou n’ouvrent pas l’activité faute d’encadrant, alors si ce métier vous intéresse, lancez-vous ! 

Comme vous l’avez constaté, de nombreuses opportunités d’emploi vous attendent dans les secteurs sports et bien être !