Aujourd’hui, plus personne ne remet en cause les effets désastreux de l’activité humaine sur la planète terre. Et nous sportifs ? Que faisons-nous ? Quelles sont les bonnes pratiques et comment chacun peut apporter sa pierre à l’édifice ?

Le sport ? Quel impact pour la planète ?

La pratique sportive est souvent vue positivement dans notre société, que ce soit pour ses vertus sociales, son rôle pour la santé publique ou encore les valeurs qu’elle véhicule. Mais qu’en est-il de son caractère durable ? Le sport génère une très forte production de matière, pour fabriquer un vélo, des skis ou encore un bateau à voile, mais aussi en terme vestimentaire. Nos hobbys sportifs, qu’ils soient pour le plaisir ou pour la compétition entraînent aussi de très nombreux déplacements, voiture, train, bus ou avion sont de gros vecteurs d’émission de gaz à effet de serre. Enfin, les  260 000 équipements sportifs recensés en France, dont la moitié ont plus de 24 ans, contribuent eux aussi au réchauffement climatique. Faut-il arrêter pour autant sa pratique sportive préférée? Non bien entendu, mais adapter nos pratiques ou participer à des actions innovantes peut modifier le cours des choses.

Quelques gestes de tous les jours pour changer le monde

Chaque individu peut devenir eco-sportif. Voici quelques bons gestes très faciles à mettre en œuvre :

  • Je bois l’eau du robinet dans une gourde
  • Au retour du sport, je me douche rapidement
  • Pour mes ravitaillements, j’utilise des produits locaux
  • Dans mon club, chez moi, je trie mes déchets
  • Si je me déplace, je covoiture et/ou j’opte au maximum pour les modes doux
  • Je m’équipe correctement, mais je ne me suréquipe pas
  • Je conserve mon matériel plus longtemps, je ne participe pas à la frénésie de la consommation
  • Je contribue au marché de l’occasion en tant qu’acheteur ou vendeur
  • Lorsque je pars marcher, je prévois ma poubelle portable
  • Si je fume, j’emmène mon cendrier de poche

Les 9 défis du Ministère du Sport

Des actions innovantes qui marchent

Ecocup est une société française qui a développé le concept du gobelet réutilisable. Qui n’a pas bu dans l’un de ces gobelets lors d’un événement sportif ou culturel ? Cette société fondée en 2008 a permis de réduire de 80% les déchets sur une manifestation. Tout se fait en France et les gobelets sont gérés de A à Z.

Née en 2001, l’association Mountain riders a lancé en 2011 un flocon vert pour labelliser les stations de montagne. Après dix ans d’actions en développement durable, l’association a créé le flocon vert pour récompenser et encourager les pratiques éco-responsables. Le flocon vert, ce sont 42 critères répartis en 8 thématiques. Actuellement, 6 stations ont obtenu ce label : Les Rousses, Vallée de Chamonix, Châtel, La Pierre Saint-Martin, Chamrousse et Valberg. D’autres devraient suivre prochainement.

L’Ultra Trail du Mont Blanc, un événement éco-responsable au cœur des Alpes. En 2006, cette course à pied connue dans le monde entier s’est dotée d’une commission environnement pour identifier les risques engendrés par la manifestation et préserver au mieux les espaces naturels des trois pays traversés. Il en a découlé des changements probants dans les pratiques liées aux déplacements et aux ravitaillements.

Ton bureau c’est la nature, respecte là !

En conclusion, que ce soit dans le cadre d’un projet d’association ou d’entreprise ou que ce soit chacun individuellement, nous pouvons tous agir pour préserver cette nature si précieuse. Alors êtes-vous un éco-sportif ?