Geoffrey,  originaire d’Ornans, est aujourd’hui le directeur technique de la base de loisirs Akila Gorges de la Loue. Il nous explique son parcours et son métier. 

[Idwane] Qu’est-ce qui t’a donné envie d’exercer ce métier ?

directeur technique base de loisirs

[Geoffrey] Depuis enfant j’exerce plusieurs sports de plein air : VTT, escalade, rando, kayak etc. J’avais envie de travailler en plein air et en contact avec des clients. 

Le lycée c’était compliqué car je ne savais pas quoi faire comme métier. Je souhaitais poursuivre mes études mais je n’avais aucune idée du secteur ou du métier vers lequel j’allais m’orienter. 

Puis j’ai été embauché à la base de loisirs d’Ornans qui est aujourd’hui Akila Gorges de la Loue pour un job d’été. Sans le savoir, ce job c’était ce que je cherchais. J’ai vraiment apprécié cette expérience et donc j’ai décidé de poursuivre mes études dans le tourisme. 

[Idwane]  Quel est ton parcours professionnel ?

Après l’obtention de mon bac ES, j’ai donc suivi un BTS Tourisme Animation et Gestion locale en apprentissage à la base de loisirs Akila Gorges de la Loue. À l’époque mon tuteur était l’ancien directeur technique. On s’occupait de la gestion d’un camping, de la base de loisirs et de l’organisation de séminaires d’entreprises. Pendant ce BTS j’ai pu apprendre le fonctionnement technique d’une structure de loisirs. En parallèle, j’ai passé mon CQP Parcours aventure afin de pouvoir encadrer le parcours aventure. 

Suite à ce BTS j’ai suivi un BPJEPS APT en alternance, toujours à la base de loisirs. Je suis donc devenu moniteur polyvalent des sports de plein air. Mes missions ont donc évolué avec le temps. J’ai commencé à encadrer sur l’eau en doublette avec des BE. 

En 2015, j’ai fait une coupure d’un an. J’avais besoin de faire une pause. Il faut savoir que le rythme de travail est très soutenu dans une structure comme celle-ci. Je suis donc parti travailler dans un périscolaire où je m’occupais de l’encadrement et de l’animation d’activités sportives auprès d’enfants. 

Je suis revenu travailler à la base de loisirs en 2016. J’ai compris que c’était le métier que je voulais exercer. J’ai occupé le poste de moniteur polyvalent. J’encadrais le parcours aventure et le kayak. Je travaillais également toujours avec le directeur technique de la base. 

Puis en 2018, Emmanuel, le gérant de la base, m’a proposé le poste de directeur technique. Depuis, j’occupe donc cette fonction. 

[Idwane]  Et l’hiver que faisais-tu ?

Pendant mon BTS et mon BPJEPS, un partenariat a été créé entre la base de loisirs et un club de vacances dans le Jura. Pendant 2 hivers, j’ai encadré des sports collectifs, de l’escalade en salle et du tir à l’arc. Je m’occupais aussi de l’entretien de la base d’Ornans, avec le directeur technique, en fin et en début de saison.

Puis quand j’ai repris mon poste en 2016, les saisons d’été étaient plus longues. Je commençais en avril et je finissais en octobre. En général les séminaires s’organisent en novembre et en décembre, on s’occupe donc de l’organisation et de la gestion de ceux-ci. 

Puis de janvier à mars je prends des vacances ! J’en profite pour voyager. Je suis parti en Afrique du Sud deux fois et en Thaïlande. 

L’année dernière, je ne suis pas parti car j’ai profité de ces 3 mois pour passer mon permis bus.  

[Idwane]  Peux-tu nous expliquer en quoi consistent tes missions en tant que directeur technique ?

Le directeur technique s’occupe de toute la logistique de la base. Je veille à l’entretien de tous les équipements (kayaks, camions, bus, bateaux etc) afin qu’ils soient conformes pour garantir la sécurité du public. 

Je suis en charge de l’ouverture et de la fermeture de la base chaque saison. On entretient les espaces verts pour maintenir le lieu propre pour l’accueil des clients. On tond, on débroussaille, on nettoie etc. Il faut donc être bricoleur et ne pas avoir peur de se salir les mains ! [rires]. 

Je suis également en charge de l’entretien du parcours aventure. Le parcours est contrôlé avant chaque saison afin de garantir la sécurité des clients. 

En plus de toute la logistique, je manage une équipe de 15 moniteurs. Je gère les plannings, les missions et je veille à la bonne entente de l’équipe. 

Et puis nous organisons toujours des événements d’entreprise. En plus de gérer l’installation technique et la logistique des activités, il m’arrive de m’occuper de l’animation de celles-ci avec des interventions au micro par exemple. 

[Idwane] Comment as-tu gérer cette promotion ? 

J’avais beaucoup appris grâce à l’ancien directeur technique, Fred, et au gérant Emmanuel. J’ai travaillé avec eux pendant longtemps donc j’ai pu observer leur manière de faire. De même concernant l’événementiel, j’ai appris énormément grâce aux coordinateurs Sébastien et Marie. 

Quand j’ai pris le poste de directeur, j’ai tout de même rencontré quelques difficultés au début. Je travaille à la base depuis que j’ai 18 ans, donc au fil des années j’ai lié des amitiés avec mes collègues. La majorité m’a tout de suite respecté lorsque j’ai pris le poste. C’est seulement avec certaines personnes, qu’au début c’était compliqué de différencier le côté professionnel et personnel mais ça n’a pas duré longtemps. 

Le reste ça vient en pratiquant, on progresse au fur et à mesure. 

[Idwane] Qu’est-ce qui fait te lever tous les matins ? 

Le contact avec mes collègues et avec la clientèle. J’adore les gens. Donner, échanger, partager.. J’ai vraiment le sens du contact et je suis heureux d’avoir ça dans mon travail.  

J’aime bien bricoler aussi et c’est essentiel dans mon métier aujourd’hui. 

L’encadrement des activités est aussi quelque chose que j’aime faire. En hors saison, donc hors période d’été, quand j’ai plus de temps je peux le faire et c’est agréable de retrouver ce type de mission. 

Enfin, le cadre de travail. C’est l’avantage de ce genre de métier. On travaille en pleine nature, loin de la ville et de la pollution. La qualité de vie est vraiment agréable.

[Idwane] As-tu rencontré des difficultés dans ton parcours professionnel ? 

Oui bien sûr, plusieurs même ! [rires]. 

La fatigue, à mon sens, est la plus grande difficulté. Les métiers saisonniers ont un rythme particulier, quand tout le monde est en vacances nous on travaille. Ce n’est pas des métiers où l’on reste derrière son bureau, on est sans cesse en mouvement et sollicité par les clients. 

Le plein air est également un secteur particulier. Il y a toujours des imprévus donc il faut savoir s’adapter constamment. Les conditions météorologiques peuvent varier très rapidement. On ne travaille pas de la même façon quand il fait beau ou quand il pleut. 

Enfin l’événementiel est aussi un secteur où les imprévus font partie du quotidien. Il faut donc constamment trouver des solutions dans des temps très courts et avec peu de moyens parfois. Par exemple pour un séminaire de 40 personnes, on organise des activités en créant des équipes. Puis quand les clients arrivent, on se rend compte qu’ils ne sont que 35, ça déstabilise toute l’organisation des équipes et des activités. Certains peuvent aussi ne pas vouloir faire l’activité. Il faut donc trouver des solutions pour qu’au final tout le monde soit ravis.

[Idwane] A contrario, quelle est ta plus grande réussite ? 

Mon évolution professionnelle. J’ai commencé à la base de loisirs en tant que stagiaire, je ne connaissais rien au tourisme, à l’événementiel et à l’encadrement. Aujourd’hui je suis en charge du bon fonctionnement de la base de loisirs.

[Idwane] Et dans 10 ans, où te vois-tu ?

Dans 10 ans, j’aurais 40 ans donc je me vois toujours ici à la base !

[Idwane] Quels conseils donnerais-tu à une personne souhaitant se lancer dans l’outdoor ? 

Il faut persévérer et avoir soif d’apprendre. Il faut être curieux et s’intéresser à tout. Parfois on apprend des choses en pensant que ça ne sert à rien, ce n’est pas vrai. Tout ce qu’on apprend peut nous servir un jour. 

Merci Geoffrey pour ton témoignage. Vous pouvez le rencontrer à Ornans cet été sur la base de loisirs Akila Gorges de la Loue. Si vous aussi vous souhaitez vous orienter vers ce métier, n’hésitez pas à nous contacter !

Sportivement,